Rechercher dans ce blog

Session



Session 2019


Comment s’orienter dans la clinique ?

Symptômes en temps de crise, qu'en faire ?

Malaise dans la civilisation inaugurait déjà Freud, désordre dans le Réel au XXIᵉ siècle pointe Jacques-Alain Miller. Dans une société en crise, en cons-tante mutation, et pour laquelle les idéaux et les traditions qui la régissaient ne fonctionnent plus, le sujet se met en appétit mais ne s’y retrouve plus ! Sujets rivés à leurs écrans sur fond de jouissance arrimée aux objets connec-tés, addictions diverses, enfants violents, les discours de la science et du capitalisme ouvrent sur un réel qui déroute le sujet dans un pousse-au-jouir toujours plus contraignant. 
La psychanalyse offre un autre discours. En s’orientant sur le réel du symptôme, c’est-à-dire de ce qui se loge au coeur du sujet, de ce qui lui est le plus intime, la psychanalyse permet au sujet de s’ouvrir à la vérité que recèle ce symptôme et de s’orienter sur la boussole de son désir. 
Il ne s’agit plus de jouir toujours davantage, mais de s’affronter à la perte qui est aussi marque de vérité pour un sujet. 

Le déclin de l’ordre symbolique introduit de nouvelles perspectives dans la manière d’envisager la clinique. L’étude du Séminaire de Lacan, L’Envers de la psychanalyse, permettra de nous repérer et d’étayer théoriquement un savoir-y-faire avec les symptômes de notre temps. 



Programme des enseignements théoriques 



10 janvier 2019 la clinique à l’épreuve 
Présentation du Séminaire P. Wartelle 
Les quatre discours     C. Stef 

07 février 2019 savoir, vérité, jouissance 
Savoir, moyen de jouissance P. Delengaigne 
Vérité, soeur de jouissance M. Barrier 

14 mars 2019 au-delà du complexe d’oedipe 
Les mythes freudiens H. Mention 
Du mythe à la structure L. Fournier 

25 avril 2019 l’envers de la vie contemporaine 
Science et psychanalyse M. Barrier 
Du discours à l’objet   P. Delengaigne

16 mai 2019 science et politique 
Impuissance ou impossible ? H. Mention 
La liberté de désirer   P. Wartelle 

13 juin 2019 l’envers de la psychanalyse 
Production de la honte L. Fournier 
Symptômes en temps de crise, qu’en faire ?  C. Stef 



17 octobre 2019 Conversation clinique des Antennes à reims 






Session 2018

Comment s’orienter dans la clinique ? Les usages du transfert


Comment nous orientons-nous dans la clinique et dans les institutions aujourd’hui ? A l’ère de la technoscience et du consumérisme, le lien à l’autre a pu être qualifié de liquide1, les caractéristiques de l’homme moderne seraient d’être sans liens, sans attaches. Le rapport à l’objet et au savoir s’en trouve modifié. Quelles en sont les conséquences dans le lien clinique ? 
C’est par un retour à un des concepts fondamentaux de la psychanalyse; le transfert, désignant depuis Freud, le moteur et l’obstacle au travail analytique que nous aborderons ces questions. La  complexité de la clinique sous transfert demande à en préciser le ressort. 
Si le transfert est à l’œuvre dès qu’il y a lien social, Freud en propose un, inédit, celui que créé la psychanalyse dont le moteur est un amour véritable2. Lacan développe et précise ce point important en indiquant que les affects (amour, haine …) ne sont pas la simple réédition du lien du sujet à l’Autre de son histoire. Au-delà deux axes constituent le transfert : l’objet et le savoir. Quel est donc l’objet du transfert analytique ? Quel en est le savoir ?
S’intéresser au transfert c’est aussi se préoccuper de comment le clinicien répond à l’amour de transfert. Un débat crucial entre alors en jeu avec les tenants du contre-transfert, soit la somme des sentiments de l’analyste. Est-il l’instrument et la réponse adéquats ? Lacan en renouvelle l’approche à partir de la notion de présence de l’analyste en s’appuyant sur le désir et l’acte.
Enfin, que devient le transfert une fois le travail clinique terminé ? Est-il infini, liquidé, résolu ? La nécessité de savoir lire les usages du transfert relève de la position du clinicien, car si elle en conditionne l’entrée, elle en conditionne aussi la fin.
La lecture du séminaire de Lacan - Le transfert3 – orientera le travail clinique et théorique de cette année. 

1 Bauman Z., L’amour liquide - De la fragilité des liens entre les hommes, Hachette littératures, 2004.
2 Freud S., Observations sur l’amour de transfert, 1915, in La technique psychanalytique, PUF, p. 126.
Lacan J. Le séminaire, Livre VIII. Seuil, édition juin 2001.  




11.01.18      Au commencement était l’amour 
Présentation du Séminaire   J-M Dutilloy 
Ressort de l’amour       C. stef 

15.02.18           Névrose et transfert 
Demande et désir              M. Barrier 
Maniements du transfert     P. Wartelle 

15.03.18       Psychose et transfert 
Pessimisme freudien        H. Mention 
Lacan : un traitement possible  L. Fournier 

19.04.18         Science et transfert 
Le maitre et l’analyste     C. Stef 
Une clinique scientifique       P. Wartelle 

17.05.18          Le contre-transfert 
La querelle du contre-transfert        L. Fournier 
Des usages du contre-transfert    M. Barrier 

14.06.18         Destins du transfert 
Liquidation, transformation, résolution?     J-M. Dutilloy 
Ce qui reste…       H. Mention 


11.10.18       Journée d’étude - Amiens 


Conférences : actualités cliniques 








Session 2017

Demandes de guérison et promesses psy
Question éthique



Cette année l’enseignement théorique se fera à partir de la lecture du séminaire VII de Lacan L’Éthique de la psychanalyse  (1).

Il est important de pouvoir accueillir la plainte de sujets pour qui «cela ne va pas» et qui viennent demander guérison.

Mais comment y répondre pour leur permettre de s’affronter à la cause de «ce qui cloche» sans laisser «s’adultérer le sens» (2) inconscient de leur demande ?

C’est une question éthique sur laquelle Lacan s’arrête dans le Séminaire VII.

Prenant appui sur Freud, il aborde pour la première fois la question de la jouissance et du réel et réfère, dés lors, la causalité au réel.

Interrogeant le rapport à la jouissance dans la philosophie, la religion et la science, Lacan propose une éthique du désir qui se distingue des idéaux moralisants de conduite.

L’éthique de la psychanalyse suppose de franchir la barrière du bien et du beau.
Nous explorerons la sublimation, l ’amour et la tragédie, et conclurons sur une finalité
de l’analyse : «ne pas céder sur son désir»...

(1) J. Lacan, Le Séminaire, livre VII, L’Éthique de la psychanalyse, Seuil.
(2) ibid. p. 9


Programme
des enseignements théoriques

12 janvier 2017
Plaisir et réalité: éthique ou psychologie?
D’Aristote à Freud par Patricia Wartelle
Comment la réalité se constitue ? Laurence Fournier

9 février 2017
Entre perception et conscience
La limite de la douleur par Mathilde Barrier
L’érotique, nouvelle loi morale ? par Catherine Stef

9 mars 2017
La sublimation
Les fins de l’art par Hélène Mention
Entre esthétique et éthique par Catherine Stef

6 avril 2017
Le paradoxe du bonheur
L’amour du prochain par Mathilde Barrier
La jouissance de la transgression par Jean-Michel Dutilloy

11 mai 2017
Antigone, une victime si terriblement volontaire
L’éclat d’Antigone par Jean-Michel Dutilloy
La pulsion de mort illustrée par Patricia Wartelle

1er juin 2017
La psychanalyse, une boussole efficace
Demandes de guérison et promesses psy par Hélène Mention
As-tu agi en conformité avec ton désir ? par Laurence Fournie

22 Juin 2017

Journée d’étude à Reims